AccueilFAQRechercherS'enregistrerRéservé aux membresRéservé aux membresSite AARéservé aux membresRéservé aux membresConnexion

Partagez | 
 

 27 mai 1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fanavman
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 1179
Age : 28
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 07/06/2009

MessageSujet: 27 mai 1940   Mer 21 Mar 2012 - 1:11

27-mai-40 (Victoires : 3 sûres et 1 probable, Pertes : 9)

Chez les français:

GC I/1 ( ? – MB. 151) :
Le groupe effectue 5 missions de protection de la gare de Creil en 19 sorties.

GC I/2 (Damblain – MS. 406) :
A 13h17, « la SPA 103 était en alerte et le reste du groupe déjeunait. Un message du guet arriva, signalant des messerschmitt se dirigeant vers nous. Les pilotes coururent à leurs appareils. Ils les atteignaient à peine que, déjà, les ennemis étaient au-dessus de nous. Décoller dans ces conditions était une folie et très sagement, Pat donna l’ordre à son escadrille de se mettre à couvert dans les tranchées.
Les Messerchmitt étaient répartis en 2 groupes de 4. Le premier, chargé du mitraillage de nos avions : le second, prêt à intervenir pour déguager les camarades au cas où ils auraient été attaqués.
Opérant en noria, l’échelon inférieur, à 3 reprises, piqua et tira sur nos appareils. Les mitrailleurs de défense du terrain repartaient courageusement ; leur équipement rudimentaire ne leur permettait guère d’être dangereux. Pourtant, une porte de visite d’un des assaillants tomba près de la garde de Damblain.
Lorsque cette danse infernale prit fin, 4 appareils de l’ « escadrille » étaient en flammes. Au total, 8 avions brûlaient sur le terrain. De chacun d’eux, une fumée noire montait vers le ciel, tandis que les chargeurs de mitrailleuses et des canons explosaient. L’appareil du Cdt Colon était à réformer, et un Goéland, de passage sur notre terrain, présentait quelques impacts sans gravité. (…) Comme consolation, nous n’avions à déplorer aucune perte parmi le personnel. Pas la plus petite blessure.
». Un 9ème appareil est probablement perdu (on perd sa trace). Il reste donc au groupe 15 morane, dont 17 disponibles.
Entre 19h30 et 20h30, 9 Morane (4 patrouilles) effectuent des missions de couverture du terrain. RAS.

GC III/2 (Persan-Beaumont – MS. 406) :
Une mission de couverture sur Abbeville est effectuée.

GC I/3 (Meaux-Ebsly – D. 520) :
De 04h45 à 06h35, 8 appareils décollent pour le secteur d’Abbeville, mais ne font pas de rencontre.

GC II/4 (Orconte – Curtiss H-75) :
Des avions de reconnaissance, qui avaient commencé à survoler le terrain quelques jours plus tôt, sont à nouveau aperçus, mettant la DCA à nouveau en action. . Une patrouille est mise en l’air, sans résultat.
Le soir, le groupe doit effectuer une mission demandée par l’Armée de Terre : la couverture du secteur Epernay-Reims. Les patrouilles envoyées ne rencontrent aucun ennemi.

GC II/6 (Châteauroux – MB. 152) :
Le groupe continue son entraînement.

GC III/6 (Lagny – MS. 406) :
Les allemands bombardent le terrain. Pas moins de 16 MS. 406 sont détruits au sol (soit la moitié de l’effectif).

GC II/7 (Avelanges – MS. 406 et D. 520) :
René Panhard raconte :
« Ma patrouille effectua, sur Dewoitine, un décollage sur alerte puis une protection orientée par radio sur un secteur menacé. ». RAS.

GC I/8 ( ? – MB. 152) :
En début de matinée, 9 appareils effectuent une mission de protection de 2 Potez 63, sur les axes Bapaume-Arras-Douai. Des Bf 109 interceptent, soleil dans le dos, l’une des patrouilles (S/L Gouachon, Caporal-chef Kralik et Adj Castel) :
-l’appareil du caporal-chef Kralik explose en vol, entraînant son pilote dans la mort
-l’adj Castel, qui essaie de déguager le S/L Gouachon-Noireault d’un 109, est égualement descendu en flammes ; le pilote est très grièvement brûlé aux mains et visage, et a le nez traversé par une balle. (les 2 pilotes sont sans doute les 19ème et 20ème victoires de Molders)
-le S/L Gouachon-Noireault parvient à regagner le terrain, il est indemme mais son appareil est très sérieusement touché.

GC II/8 (Villacoublay – MB. 152) :
Mouvement sur Deauville-St Gatien. Le S/L Mousset capote à l’aterissage et doit être hospitalisé.

ECN II/13 (Melun-Villeroche – Potez 631) :
Lors d’une mission de guet aérien sur les axes Montdidier, Noyon, Noyon-Soissons et Soissons-Château Thierry, un Potez 631 est abattu par 8 Bf 110. Ses 3 membres d’équipage (S/L Reyter, pilote, Adj-chef Bourlon, mitrailleur et Adj Baladier, observateur) sont tués.

ECN IV/13 (Loyettes – Potez 631) :
Lors d’une mission de guet aérien, un Potez est attaqué par 7 Bf 109, qui le contraignent à se poser sur le ventre aux environs de Château-Thierry, puis continuent de le mitrailler au sol. L’équipage quitte l’appareil, mais l’adj Guichard (pilote) est très grièvement blessé à la main et à la jambe, il mourra le lendemain dans un groupement sanitaire. Le S/L Odin (observateur) et le Sgt Ducancelle (mitrailleur) sont indemmes.

GB I/21 (Pont-sur-Yonne - ?) :
La nuit, le groupe effectue 4 sorties. 2 amiot 354 et des MB 210 partent pour bombarder le terrain de Cambrai-Niergies. Mais les 2 amiot sont victimes d’un accident au décollage, comme le MB 210 n°86, qui est détruit (équipages indemmes). Le raid semble être cependant un succès.

GB II/21 (Avignon-Châteaublanc et La Ferté-Gaucher - ?) :
La nuit, le groupe effectue 7 sorties contre le terrain de Cambrai-Niergies.

GB I/34 et II/34 (Bray-sur-Seine et Nangis- ?) :
7 sorties sont effectuées dans la nuit sur Bapaume. 2 Amiot son accidentés au départ : un légèrement et un gravement ; les équipages sont indemmes.

GB I/38 (Troyes-Barberey - ?) :
Une sortie de reconaissance est effectuée sur Hirson.

GB II/38 (Chaumont-Semoutiers - ?) :
5 sorties de bombardement sont effectuées dans le secteur de Laon-Liart-Origny St Benoîte-Guise.

GBA I/51 (Pithiviers-Bléville – Br. 693) :
Le groupe reçoit 2 nouveaux appareils, qui comportent cependant des défaults de fabrication.

GAR I/55 ( ? – Potez 63.11) :
Un appareil (n°679) effectue une mission de reconaissance en vol rasant à l’intérieur des lignes ennemies. Gravement touché par la flak, l’appareil s’écrase au sud de Neuf-Brisach, son équipage a pu sortir avant qu’il n’explose et est donc indemme. (Lnt Auzeing, observateur, Sgt-chef Grancher, pilote et Adj Pouzol, mitrailleur).

GAO 1/506 ( ? – Pote 63.11) :
Lors d’une mission de reconaissance au-dessus de Virton, un appareil est intercepté par 12 Bf 109 contre lesquels il se défend pendant 20 minutes. Au cours du combat, le pilote (S/L Coigner) et le mitrailleur (Sgt Goetz) sont tués, l’observateur (Lnt Sognet) parvient à ramener l’appareil dans les lignes françaises, et l’appareil s’écrase à St Jean de Narville (Meuse).

GAO 510 ( ? – Potez 63.11) :
Lors d’une mission d’accompagnement d’attaque des têtes de pont d’Amiens, de 11h05 à 12h10, le Potez 63.11 n°623 est touché par la flak puis abattu en flammes à 12h10 par 7 Bf 109. L’observateur (Cptne Smet) et le pilote (Sgt-chef Guesnel) sont indemmes, mais le mitrailleur (Sgt-chef Lucas) périt carbonisé.

Chez les Belges : Capitulation de la Belgique. La France et la RAF continuent seules la lutte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
27 mai 1940
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DKW 125 RT 1940
» Effectif Armée de l'Air à Djibouti en juin 1940
» Capturé en 1940, quel type?
» Recherches sur le GR I/35en 1939-1940
» Heinkel 111 + compagnie de l’air 3/138 à Buzy (55) en 1940

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Histoire de l'Aviation par périodes :: 1930 - années 1950 :: Campagnes de France et de Pologne :: La bataille de France au jour le jour-
Sauter vers: